Quelles sont les qualités des grands traducteurs ? *

If you wish to read this post in English, clic here.
Per leggere questo post in italiano, clicca qui. Mille grazie, Alessandra Martelli!
Si desea leer esta entrada en español, haga clic aquí. ¡Gracias, Karina Pelech!

Traduction de Amaury Lainé.

Il y a de cela environ un mois, j’ai reçu une invitation LinkedIn d’Amaury Lainé, un jeune traducteur français. Ce dernier m’écrivait pour me poser la question suivante : « Quelles sont les qualités des grands traducteurs ? »
Pour de nombreuses raisons, il est évident que je ne possède pas la réponse. Je ne peux qu’essayer de la deviner en me référant aux choses que j’ai apprises grâce à quelques grands traducteurs que j’ai rencontrés tout au long de ma carrière.
Tout d’abord, je tenais à faire remarquer le courage et l’intelligence dont a fait preuve Amaury. Il a cherché sur Internet, a trouvé sa cible et a écrit un message personnel au professionnel (ou aux professionnels, je suppose) auquel/auxquels il voulait s’adresser. Il est venu me rencontrer au Trikonf, un congrès de traduction qui s’est déroulé en octobre dernier à Fribourg, il n’a pas hésité à se présenter et nous avons discuté. Son initiative est héroïque et, par conséquent, admirable.
C’est donc lui qui m’a donné l’inspiration pour mon premier conseil en ce qui concerne « les qualités des grands traducteurs ». Il m’a demandé 5 conseils, mais je n’ai pas réussi à me cantonner à 5.

1. Les grands traducteurs n’ont pas peur des médias sociaux. Ils ne les méprisent ni ne les ignorent.

2. Les grands traducteurs savent que leur réputation dépend exclusivement du travail de chaque jour. Ils savent que beaucoup d’autres choses rentrent en ligne de compte, mais qu’à la fin de la journée, seuls quelques choix terminologiques et stylistiques importent.

3. Les grands traducteurs font preuve d’une curiosité sans bornes (Internet a changé leur vie de manière inimaginable, et ils en sont très reconnaissants).

4. Les grands traducteurs démontrent un grand sens de l’humilité, de la générosité et font preuve de bonnes manières (ainsi, Dame Nature leur évite d’avoir à répondre à la question clé contenue dans le titre). Au fait, ces qualités sont également utiles aux cinéastes, aux spéléologues et aux  chefs cuisiniers français, entre autres.

5. Les grands traducteurs lisent ÉNORMÉMENT, ils lisent sans arrêt jusqu’à la fin de leur vie. Si vous n’êtes pas capable de dire ce que vous êtes en train de lire à n’importe quel moment ou que vous oubliez le titre, je suis attristé de vous dire que le monde de la traduction n’est pas fait pour vous ! Sans une certaine passion pour la lecture, un traducteur n’arriverait même pas à être médiocre.

6. Les grands traducteurs ne prennent pas les critiques professionnelles personnellement. Même lorsque ces critiques sont personnelles. Encore une fois, l’humilité aide dans ce domaine.

7. Les grands traducteurs adorent leur travail. Ils se considèrent comme une rare sorte d’artistes qui essayent de communiquer des informations d’une langue source vers la langue maternelle qu’ils maîtrisent le mieux, et ce, sans laisser de traces de leur remarquable travail. Ai-je mentionné l’humilité ?

8. Les grands traducteurs ne craignent pas la traduction automatique. Ils sont conscients que l’art n’est pas une question de machine. Ils regardent et essayent de comprendre comment la traduction automatique peut se révéler être un atout plutôt qu’un désavantage.

9. Les grands traducteurs corrigent tout le temps, principalement leur propre travail (mais aussi celui des autres). Bien des fois, on les considère comme ayant des avis très arrêtés.

10. Les grands traducteurs ressentent le besoin de partager leurs connaissances avec les nouveaux afin de rendre leurs débuts un peu plus faciles (et plus rapides !). La limite entre ce conseil et de l’exhibitionnisme n’est pas clairement définie.
Selon vous, quelles sont les qualités des grands traducteurs ? Je vous serais énormément reconnaissant de bien vouloir partager avec moi vos idées et vos opinions sur le sujet.
* (Pour la version anglaise) Je me demande si les vrais anglophones me pardonneront un jour d’avoir osé écrire dans une langue qui n’est pas ma langue maternelle. Je vous présente mes plus plates excuses. Toute correction est la bienvenue.

REMARQUE : ma très chère cousine Carmen Prosser a fait preuve d’une grande gentillesse en m’aidant à la rédaction de cet article (dans la version anglaise) , mais je n’ai pas suivi tous ses conseils. Honte à moi.

0 comentarios

Dejar un comentario

¿Quieres unirte a la conversación?
Siéntete libre de contribuir

Deja un comentario